Colloque

Mathématiques et mathématiciens dans les Encyclopédies nationales (1910-1940)

Lens - Lille (France), 12-13 novembre 2015

Organisateurs : Guillaume JOUVE (Université d'Artois), Laurent MAZLIAK (Université Pierre et Marie Curie, Paris), Rossana TAZZIOLI (Université Lille 1)

On a assisté tout au long du 20ème siècle en Europe à la naissance (et éventuellement au renouvèlement) de projets encyclopédiques ayant une vocation nationale. Cela fut particulièrement le cas dans l'entre-deux-guerres dans des états créés à la suite de la Première Guerre mondiale (comme la Tchécoslovaquie) ou dans des pays dont les régimes politiques forts favorisaient une nouvelle culture nationale comme l'Union Soviétique ou l'Italie. Mais on trouve aussi de telles entreprises à ce même moment en France (l'Encyclopédie Française dirigée par Anatole de Monzie et Lucien Febvre) ou en Grèce par exemple. D'autres projets sont aussi nés après la seconde guerre mondiale comme aux Pays-Bas ou en Yougoslavie.

A ces projets éditoriaux de très grande envergure ont participé de nombreux intellectuels des pays concernés, et à leur tête furent souvent appelées des personnalités du monde académique considérées comme emblématiques. De nombreux mathématiciens furent notamment mis à contribution. Ceux-ci étaient souvent des scientifiques de premier plan tels Federigo Enriques en Italie, Andrei Nikolaevich Kolmogorov en URSS ou Paul Montel en France.

Peu de recherches ont été menées sur la présence des mathématiques dans ces projets encyclopédiques, et à notre connaissance aucune étude synthétique n'a été développée pour comparer ces entreprises dans les différents pays européens. Un tel objectif nous semble de ce fait particulièrement novateur et intéressant pour mieux comprendre l'investissement des mathématiciens dans le discours politique et institutionnel de leur pays. Cet engagement les obligea continuellement à tenter de garder un équilibre entre le caractère universel de la recherche mathématique et son exploitation possible dans le cadre d'un récit à orientation nationale voire nationaliste parfois très marqué.

A l'occasion de ce colloque de deux jours, nous proposons de commencer une telle étude qui devrait déboucher sur la publication d'un volume représentant une première contribution à cette thématique.