Master Ingénierie Mathématiques

Le Master Ingénierie Mathématiques est une année de M2 ouverte à des étudiants ayant un niveau de M1 en mathématiques. La formation accueille des étudiants en alternance ou bien en scolarité classique. Ce Master est composé de 3 majeures distinctes:

  • IMPE Ingénierie et Mathématiques Pour l'Entreprise
  • IFMA Ingénierie Financière et Modèles Aléatoires
  • ISDS Ingénierie Statistique et Data Science

Les cours de début d'année sont communs aux différentes majeures, puis il y a une spécialisation pour chaque majeure. L'informatique et les projets sont au coeur de la formation.

Modalités d'inscription

  • Parcours initial classique, sous statut étudiant donc candidature et pré-inscription sur le site de l'université, ouverture des inscriptions plus tardives
  • Parcours initial par apprentissage, sous statut apprenti candidature et pré-inscription via le site du CFA, candidatures ouvertes et dépôt des dossiers pour mi mars (cf. page apprentissage)

Environnement scientifique

Laboratoire de Probabilités, Statistiques et Modélisation (LPSM)

Ce laboratoire résulte de la fusion du Laboratoire de Probabilités et Modèles Aléatoires (LPMA) et du Laboratoire de Statistique Théorique et Appliquée (LSTA). Les thèmes de recherche abordés dans ce laboratoire concernent des domaines très variés et recouvrent aussi bien des mathématiques fondamentales que des applications et des interactions dans des domaines aussi divers que la médecine, les sciences humaines, les sciences de la vie, l'astrophysique, la finance ou les assurances…

Laboratoire Jacques-Louis Lions (LJLL).

Avec plus de 160 membres, le Laboratoire Jacques-Louis Lions est l’un des plus importants laboratoires de France en mathématiques appliquées. Le coeur de son activité porte sur l’analyse de modèles mathématiques de phénomènes réels, sur l’approximation de leurs solutions et leur simulation sur les architectures les plus performantes avec tout l’éventail qui les unit. La modélisation est le plus souvent basée sur les équations aux dérivées partielles.