Laboratoire de Probabilités et Modèles aléatoires 50 ans du Laboratoire

Probabilités et Statistique: vers une nouvelle place dans le monde de demain

Une table ronde animée par Etienne Pardoux, avec la participation de


Au fil des 50 dernières années couvrant la naissance et le développement du Laboratoire de Probabilités et Modèles Aléatoires, les Probabilités et la Statistique ont connu une évolution ininterrompue ayant abouti à un bouleversement profond non seulement de leur paysage scientifiques "interne" mais aussi de la place qu'elles occupent au sein des mathématiques, de l'ensemble du monde scientifique, voire de la société en général.

L'une des tendances marquantes semble avoir été la basculement insensible d'une phase puissammment unificatrice (théorie générale des processus en Probabilités, théorie asymptotique de Le Cam en statistique de la décision) à un cycle plus exploratoire - on pourrait être tentés de dire "de fragmentation" ou d'expansion. Ce mouvement a été catalysé par une intensification et un renouvellement des intractions avec les autres disciplines mathématiques mais aussi avec les sciences physiques, les sciences économiques et les sciences du vivant, etc. Comme si le fait d'avoir assuré ses fondements avaient rendu ces disciplines plus aptes à s'ouvrir au monde.

Si ce mouvement perpétuel d'unification-exploration est partagé par la plupart des activités de recherche, on constate dans le cas d'espèce qu'il s'est accompagné d'une modification de la perception du statut des sciences de l'aléatoire par la communauté scientifique et la société dans son ensemble. Ceci valant y compris pour nos autres collègues mathématiciens, qui, osons le dire, n'ont pas toujours cru à cet essor. Pour autant, le corpus aléatoire est devenu le cadre naturel, souvent indispensable, d'une formalisation ou d'une modélisation efficace dans la science d'aujourd'hui.

Cette évolution s'est opérée à un rythme parfois déconcertant pour ses acteurs eux-mêmes, probabilités et statistique investissant, au-delà des sciences fondamentales, des domaines toujours plus nombreux de la modélisation et des applications : physique statistique, finance, sciences de la vie, traitement de l'information, traitement d'images.

Parallèlement, des pans entiers des probabilités se sont peu à peu clos comme champs d'investigation propres pour devenir les outils ou les cadres conceptuels des "travailleurs de l'aléatoire" d'aujourd'hui (chercheurs mais aussi ingénieurs).

Ainsi, l'introduction de la formule d'Itô - depuis peu avec sauts - dans les cursus des écoles de commerce a coïncidé avec une moindre centralité du calcul stochastique sur le front de la recherche probabiliste, illustrant de façon spectaculaire cette mutation qui aurait laissé dubitatif un lecteur du Séminaire de Probabilités à l'orée des années 1970.

D'autres questions se posent en sens inverse, telle l'impact que l'accès à des puissances de calcul massives a et aura sur l'évolution de la recherche en probabilités et en statistique, en amont et en aval.



Le comité d'organisation

Logo de l'Université Pierre et Marie Curie Logo de l'Université Paris Diderot Logo du CNRS